Ce marathon, un tournant

Comment l’entraînement pour mon premier marathon m’a transformé.
En avril 2016, je prends la décision de courir mon premier marathon en Mai 2017. Pari fou? A ce moment oui, je me lancais un défi. Ma plus longue distance était alors de 14km. Je n’avais jamais participé à des courses officielles. 

Cette idée était là depuis 2 ans déjà mais avait commencé par un semi. Lorsque j’ai atteints les 14kms, j’ai senti qu’un semi-marathon ne serait en soi pas un défi assez grand.

Prétentieuse? Non. Je recherchais un challenge, un pied de nez à cette voix intérieure qui me répétais sans cesse que ce n’était pas possible, que j’en était pas capable.
J’ai eu des moments de doutes, des envies de tout abandonner, d’écouter cette mauvaise partie de moi.
Il y a eu des moments de déclics. 
Mon premier semi-marathon sur tapis en 2h51 minutes en novembre 2016. J’avais réussi à faire la moitié de la distance. Il me restait 6 mois d’entrainement pou etre prete pour la distance totale. 

Etrangement, après cela, mon entrainement est devenu moins régulier. Fatigué et lassée aussi.
2. En janvier, je réalise qu’il me reste que 4 mois de préparation et que je dois absolument me remettre à la course de maniere organisée et consistante. La peur et l’angoisse monte encore. Seuleument, j’en avais parlé à temps de monde, que je me devais de le faire (finalement ce n’est pas vrai… J’aurais pu décider de ne pas le faire si je physiquement je ne pouvais pas !)
3. Ma deuxieme tentative du semi-marathon, 21k, dans le magnifique parc de High Park à Londres. Les premiers 7 kms sont faciles, les 7 suivants, des douleurs et les derniers couru grâce au mental. Pourtant, j’améliore mon temps de 30 min. J’ai aussi découvert que je courai beaucooup plus vite que d’habitude. Mon temps moyen au km est le meme que pour un 10 kms réalisé plus tôt dans la semaine
4. Une semaine plus tard, le 21 mars 17, je me relance pour tenter un 32 km. Defi physique mais aussi psychologique. J’ai lu à de nombreuses reprises le phénomène du mur qui arrive entre 28 et 30 kms pour beaucoup de marathoniens. Il fallait que je le franchisse. Je finis à 30,46 kms, exténuée en pleurs et persuadée de pas etre en mesure de courir ce marathon face aux douleurs physiques. 3h29 min
Après avoir repris mes esprits, j’ai seulement pris conscience de ma course et j’ai pu être fière de moi. Étrangement,cela m’a pris plusieurs heures.
Couru le dimanche, je réalise seulement le mercredi que moi, Leslie, la même personne qui 4 ans auparavant courrait 7 min, j’avais couru pendant 3h29 min! Une belle revanche sur moi même!!
Et alors que la course n’est pas encore arrivée, j’envisage déjà l’après, le prochain défi.
Mais finalement, serais-je devenu une sportive?
Suite du récit après le marathon 😉

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s